1954

separateur



PREMIERE EXPOSITION

Vichy (France)

PREMIERE EXPOSITION





"Forte personnalité qui ne fera
sans doute que 
se confirmer":  Jacques Deville


PREMIERE EXPOSITION 2
separateur



JEAN LEYMARIE

Historien d'Art (17 juillet 1919 - 9 mars 2006)

JEAN LEYMARIE


Il est né à Gagnac dans le Lot le 17 juillet 1919, dans une famille paysanne, il poursuit des études de lettres à Toulouse puis a Paris. Après guerre, il débute une carrière dans les musées. Il sera Conservateur du Musée de GRENOBLE de 1950 à 1955, directeur du Musée national d'Art moderne de 1968 à 1973 et directeur de l'Académie de France à Rome de 1977 à 1984 où il succède au peintre Balthus, . Il enseignera longuement dans les universités suisses de Lausanne et de Genève et publiera de nombreux ouvrages sur l'histoire de l'art. Il restera comme l'un de ceux qui ont imposé la peinture du 20e siècle dans les musées nationaux français.

 Durant la dernière guerre, la plupart des trésors du musée du Louvre (dont La Joconde…) avaient été mis en sécurité à Vayrac, Bétaille et aux châteaux de La Treyne et Montal. Là se trouvait René HUYGHE, conservateur du Louvre. L’ayant rencontré par un heureux concours de circonstances, Jean LEYMARIE lui offrait de participer à la garde de ces œuvres d’art. Par la même occasion, il était le professeur de grec de la fille du romancier André Chamson, conservateur du musée de VERSAILLES installé, lui, à La Treyne. Paris étant libéré, Jean LEYMARIE raccompagne les trésors qu’il avait contribué à sauver au LOUVRE, où il est nommé assistant.  A 31 ans lui esrt confié la direction du musée de Grenoble jusqu’en 1955.
Appelé à diriger le Musée national d’ART MODERNE de Paris au Palais de Tokyo, il prépare son transfert au CENTRE POMPIDOU alors en projet. A l’ouverture de celui-ci, il est nommé directeur des études à l’École du LOUVRE.

Enfin, il est nommé en 1978 directeur de l’Académie de France à Rome. A sa tête, avec lequel il conserve des liens très étroits, et auquel il consacre un bel ouvrage (éd. Skira). Il y reste jusqu’à sa retraite, en 1984. Mais il continue bien au-delà à œuvrer pour faire partager sa vision amicale, sensible de la peinture, en rapport suivi avec des artistes qui, disait-il, lui ont appris à voir.


separateur



ARMAND DROUANT


Directeur  Galerie Drouant David
Faubourg Saint-Honoré



Armand DROUANT est Directeur de l’Information Artistique et de la GALERIE DROUANT-DAVID du Faubourg Saint-Honoré.  Galerie créée en 1942 avec l'aide financière d'Emmanuel DAVID affairiste de formation notariale  qui devient son associé. Armand DROUANT l'ainé du groupe et connaisseur du monde de l'art, ayant édité des ouvrages se rapportant à la position des marchands, celui  des artistes et de leur originalité, leur technique,  donne l'impulsion initiale à la Jeune Galerie Drouant-David qui acquière rapidement une renommée mondiale. L'inauguration eut lieu la même année en novembre avec une rétrospective d'un grand peintre délaissé Maria BLANCHARD (Lien). C'était le commencement  d'expositions continuelles d'années en années.

CARZOU *1 en 1943 est pris en charge par la Galerie créée un an auparavant. C’est un peintre à la recherche de couleurs fondamentales et d'innovations graphiques. Son intégrité et manque de docilité lui fera quitter la Galerie en 1945.  En 1944  DAVID rencontre le jeune BUFFET 19 ans qui peint de grands arbres longeant rivières et routes, facture traditionnelle des ateliers de peinture;  l’influence de  CARZOU *2 (Lien) se note clairement.  A son domicile 27 rue des Plantes à Paris ce 29 octobre 1976, CARZOU de son vrai nom  Karnik Zouloumian, raconte l'histoire à YATRIDES et ses amis Christian GALI et  MIGLIETTI.  YATRIDES est en contrat avec Samuel-E. JOHNSON depuis 1956 et paraît gâté par la vie, CARZOU ne sachant pas vraiment, qu'en 1977, un an après,  il serait Membre de l'Académie;  il dessinera sa propre épée.

Bernard BUFFET rend hommage à DAVID :   «  Je l'ai connu en 1945, juste à la fin de la guerre. Il avait une galerie de tableaux 52, rue du Faubourg Saint-Honoré. C'était un marchand très actif et il m'a donné l'envie de faire ce métier. J'ai vraiment tout appris grâce à Emmanuel DAVID Je lui dois ma situation  ». Signé  Bernard BUFFET (Lien)

Armand DROUANT  marchand respectueux des talents qu’il aide à faire connaître. YATRIDES le rencontre en 1954 à Villefranche sur mer. Une amitié se noue entre les deux hommes. Dans sa propriété  Massouri il lui prédit "une carrière hors du commun" et lui demande une série de  peintures "qui en  marqueront le début".  Yatridès les amènera  à la Galerie du Faubourg Saint Honoré. En attendant Armand Drouant qui revenait de sa propriété du sud de la France, Yatridès fait connaissance d'Emmanuel DAVID.  Ce dernier souhaite que YATRIDES n'utilise pas son graphisme, sillon gravé dans la pâte; Argument :    un des poulains de la galerie possède un trait qui est un bourrelet  réalisé au  pochoir, trait  qui articule un dessin angulaire. Il s'agit de Bernard BUFFET.  DAVID présente à YATRIDES en aparté,  arrière salon des peintres qui  « resteront obscures mais dont la technique est disponible  ». YATRIDES n'attend pas DROUANT et quitte la galerie.