1974

separateur



US PATENT n° 3, 840, 028 - Oct 08, 1974

Washington DC Patent Office - Georges Yatrides

Matérialisation des phases de ses recherches sur la lumière au CEA
Brevets obtenus toutes revendications exclusives accordées

Ses recherches fondamentales personnelles réalisées au CEA (Centre d'Etudes nucléaires de Grenoble) dans le département d'applications spéciales de la Physique, Paul Perroud Directeur. Ses travaux exclusifs aboutissent à la démonstration de la théorie qu'il avait élaborée d'une nouvelle propriété de la lumière émise par un corps solide en incandescence d'intensité variable. Son influence dans de nombreux domaines dont celui des notions du temps et de l'espace. Diverses matières hydro carbonées furent utilisées et finalement le tabac offrant les réactions de plus de 5000 substances dont le mercure, acétone, arsenic et notamment le chrome et le plomb; Tabac dont les hydrocarbures furent décelés durant des hautes températures (772 à 848° Celsius). Le corps solide (tube acier 440) introduit dans le foyer de combustion, porté progressivement à incandescence, génère les résultats de la recherche. Les composants lui furent fournis: par Pierre LEDEZ Responsable de la Recherche au "SEITA"; par "AMERICAN STEEL Co" pour l'acier 440c (c=cadmium) étiré à froid et "PROCTER & GAMBLE Instruments" pour éléments d'analyse. D'autres corps solides furent élaborés selon ses directives par Hans RAUNER physicien logicien ayant souvent travaillé avec lui, éléments introduits dans les matières hydrocarbonées en combustion. Yatridès rend hommage au CEA, en particulier à Paul Perroud Directeur des Les laboratoires d'Applications Spéciales de la Physique au Centre d'Etudes Nucléaires de Grenoble qui lui fournit laboratoire et personnel, intéressé par les futures implications de ces recherches. Différents brevets corrélatifs lui furent délivrés, toutes revendications accordées sur la découverte de modifications chimiques déterminantes, par les Offices de Brevets les plus rigoureux dont celui des Etats Unis, Patent Offoce Washington DC

Si en chimie, seules les opérations conduisant au changement novateur des substances expérimentées sont brevetables, elles peuvent révéler en physique une nouvelle théorie spécifique aux résultats pour appréhender une partie de la complexité du monde réel. "Ce qui est clair  n'est pas simple" dit Yatridès en se référant aux analyses sémiotiques de Bourmeyster.

Pour ses recherches au CEA sur les hydrocarbures, Yatridès a choisi le tabac parmi les matériaux hydrocarbonés, tabac qui contient, entre autres, plus de 3000 éléments naturels. Le plomb contenu dans le tabac a son point de sublimation en vapeur à  500 ° Celsius. Le foyer de combustion de la cigarette a atteint 800/870°; les vapeurs de plomb perturbent la vitesse de la lumière blanche (c = 3 x 10^8 m/s dans le vide) qui est presque identique dans l'air. La lumière blanche provient de l'incandescence de l'acier 440 introduit dans le foyer de combustion, selon les brevets corrélatifs accordés. Le poids des hydrocarbures dans les troisièmes séries d'expériences, durant leurs différentes séquences, résultent en partie de l'action de l'air aspiré préférentiellement par le tube perforé en acier 440 mais aussi de l'incandescence du tube acier qui survient à 700°/750°.  Lorsque les cigarettes ne sont plus aspirées la température de leur foyer chute brutalement alors que l'acier au contraire diminue plus lentement. Durant cette dernière phase  intérssante,  la lumière émise par cette incandescence d'abord optimale diminue par phases de couleurs différentes (blanche, jaunes, oranges, rouges clair -foncé) perturbe une 2ème fois les fumées émises. YATRIDES est le seul à avoir découvert plusieurs principes avec des moyens dits "élégants" expression connue pour définir  la clarté d'une expérience reproductible sans zones obscures déterminant des théories alambiquées ''nobélisées'' qui endormiraient NOBEL s'il était encore parmi nous. 

Dans le verre de FLINT contenant du plomb, la vitesse des couleurs du spectre de la couleur blanche est réduit, chacun spécifiquement. La vitesse de la couleur rouge est réduite à 1.854 x 108m/s. Celle du bleu est réduite à: 1.835 x 108 m/s alors que le Bleu est normalement plus rapide que le Rouge.  D'après ses expériences au CEA, YATRIDES en déduit, que cela soit dans de la vapeur ou dautres gaz,  les vitesses des couleurs n'ont plus la valeur C  (299 792 458 m/s) de la couleur blanche.  Elles changent durant leur propagation du fait  que le volume de la vapeur issue du tabac se disperse, varie en densité et formes. Cela remet en question les notions du temps dans l'espace, notions assujetties à une lumière dont les couleurs constituantes peuvent avoir ainsi des vitesses variables après avoir été émises par des gaz interstellaires avant formation matérialisée, ou bien les traversant après avoir été créées par une source incandescente. Dans cette exprérience , il  n'a peut-être pas été perçu que le verre traversé par de la lumière est perturbé par une quantité énorme d'électrons: c' est un des faits qui entraineront plus tard la curiosité de YATRIDES dans d'autres recherches qui restent corrélatives cependant pour définir enfin une "synthèse" Yatridès.  Ce brevet qui a trait à des transformations chimiques déterminantes des substances expérimentées, a permis à Yatridès d'élaborer des principes qui illustrent ses théories. En effet lors du refroidissement des gaz et poussières qui constitueront les galaxies, des matériaux sublimés en vapeurs agissent sur la lumière qu'ils ralentissent jusqu'à la rendre indistincte, ce que le dernier standard pourrait appeler aussi matière noire, ce qui serait encore une erreur, l'obscurité totale sans aucune nuance  ne pouvant être évaluée, si ce n'est par un manque de lumière. Si pour exister l'obscurité doit être précédée d'une lumière , cette obscurité ne peut représenter le vide initial et bien sûr non plus la lumière dont les composants sont évaluables. L'énergie initiale surgie du vide intrinsèque générateur de la matière, apparaissent dans certains dessins de Yatrides, croquis et dessins qui préfigurent parfois ses recherches et théories. Mara BELLER dans ses recueils historiques a étudié les cahiers du chercheur Niels BOHR. Elle souligne que dossiers, blocs-notes et cahiers de travail ne contiennent aucun calcul, seulement dessins et bribes de phrases. Ce n'est pas pas totalement concluant puisque BOHR n'a pas abouti dans ses travaux.

Note :
Ses recherches ont amené Yatridès à réaliser au CEA-CENG des expériences personnelles sur la lumière dans les Bureaux d’Applications spéciales de la Physique dirigés par Paul Perroud. Pour des raisons à déterminer l’existence de Perroud est quasiment occultée. Les brevets YATRIDES  toutes revendications accordées par le Patent Office Washington DC tiennent compte des références de Paul Perroud CEA Elles citent l’éparpillement en vapeurs des composants du tabac en combustion produite le foyer du tabac qui atteint 800° (le tabac est composé de très nobreux constituants hydrocarbonés matière hydrocarboné,  est constitué de  très nombreux composants).
Elles ne citent cependant pas les réactions entrainées par la lumière émise par un élément solide introduit dans le tabac. Son incandescence entraine des réactions chimiques déterminantes. Rejetant les propositions commerciales, Yatridès a refusé de participer à l’augmentation des ventes du tabac. La diminution des hydrocarbures entrainée par ses expériences n’était pas son objectif. Celui concerne l’incidence prépondérante du rayonnement de la lumière, recherches orientées différemment de celles dont Mendeleïev a pu susciter à partir du présumé début de la matière au nom pittoresque ‘’big bang’’ d’où surgissent miraculeusement l’hydrogène et la lumière qui restent aujourd'hui encore éloigné de toute compréhension humaine. 


US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974



separateur



US PATENT n° 3, 840, 028 - Oct 08, 1974

Washington DC Patent Office - Georges Yatrides

Matérialisation des phases de ses recherches sur la lumière au CEA
Brevets obtenus toutes revendications exclusives accordées
 
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974
US PATENT No. 3, 840, 028 - Oct 08, 1974



separateur